Le CRIL en bref

présentation

Le Centre de Recherche en Informatique de Lens (CRIL UMR 8188) est un laboratoire de l’Université d’Artois et du CNRS dont la thématique de recherche fédératrice concerne l'intelligence artificielle et ses applications. Il regroupe plus de 50 membres : chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et personnels administratifs et techniques.

Le CRIL participe à la Confédération Européenne de Laboratoires en Intelligence Artificielle CLAIRE et à l'alliance régionale humAIn. Il bénéficie du soutien du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, du CNRS, de l’Université d’Artois et de la région Hauts de France.

Le CRIL est localisé sur deux sites à Lens : la faculté des sciences Jean Perrin et l’IUT.

En savoir plus

Recherches en intelligence artificielle et applications

mots clés du CRIL

Actualités (RSS)

Le CRIL lauréat de deux chaires en IA de l'ANR

L’ANR vient de dévoiler les lauréats de l’appel à projets « Chaires de recherche et d’enseignement en intelligence artificielle ».

Sur 40 chaires financées, le CRIL obtient le financement de deux projets :


BE4musSIA BElief change FOR better MUlti-Source Information Analysis porté par Sébastien Konieczny
EXPEKCTATION EXPlainable artificial intelligence: a KnowlEdge CompilaTion FoundATION porté par Pierre Marquis.


Ces deux chaires sont complétées au niveau de l’université d’Artois par la chaire « Responsible AI » portée par Nathalie Nevejans et à laquelle participent des membres du CRIL.

Au niveau de l’alliance A2U, la chaire « Massal’IA Propositional Reasoning for Large-Scale Optimization. Application to Clean Energy Mobility Issues » portée par Chu-Min Li du MIS à l’UPJV porte à 4 le nombre de lauréats.

Enfin, au niveau régional, la chaire « Baccarat Bayesian learning of expensive models, with applications to cell biology » portée par Rémi Bardenet de CRIStAL à l’Université de Lille porte à 5 le nombre de lauréats de l’alliance Hauts-de-France en Intelligence Artificielle humAIn.

Lien vers l’annonce des résultats sur le site de l’ANR

En savoir plus

Séminaire Satisfiabilité propositionnelle et théorie des graphes

Soutenance de thèse - Yazid Boumarafi

Le problème de cohérence en logique propositionnelle (SAT) consiste à déterminer s’il existe une interprétation booléenne d’une formule propositionnelle donnée la rendant vraie. Il est l’un des problèmes centraux en théorie de la complexité et en informatique de manière générale. Étant un problème NP-complet, plusieurs classes traitables de ce problème ont été identifiées dans la littérature (Horn, Horn-renommable, Krom, etc). Une classe traitable d’un problème peut être vue comme une partie des entrées possibles pour laquelle le problème peut être résolu par une procédure s’exécutant en temps polynomial. Dans ce contexte, plusieurs problèmes NP-complets connus admettent de nombreuses classes traitables, notamment dans la théorie des graphes. Cela dit, il existe peu de travaux abordant la question de
trouver les contreparties équivalentes de ces classes en SAT. Partant de ce constat, l’objet de cette thèse est l’étude des liens pouvant exister entre des classes traitables de problèmes dans la théorie des graphes et le problème SAT.

Lors de la première contribution de cette thèse, nous proposons une nouvelle approche de caractérisation de classes traitables pour le problème SAT. Ces dernières sont obtenues en considérant particulièrement la classe de graphes sans-étoile pour laquelle le problème de recherche d’un stable maximum est traitable. La seconde contribution de cette thèse concerne le problème Exactly-One-SAT qui consiste à déterminer si une formule CNF admet un modèle tel que chaque clause a exactement un littéral satisfait. La classe introduite est définie par une propriété qui doit être satisfaite par des combinaisons de clauses. Cette classe peut être
considérée comme une contrepartie des classes traitables pour le problème de recherche d’un stable maximum.

Rapporteurs :


Chu-Min Li, Professeur à l’Université de Picardie Jules Verne
Eric Monfroy, Professeur à l’Université d’Angers


Examinateurs :


Jean-François Condotta, Professeur à l’Université d’Artois
Souhila Kaci, Professeur à l’Université de Montpellier
Lakhdar Sais, Professeur à l’Université d’Artois (Directeur)
Yakoub Salhi, Maître de Conférences, HdR à l’Université d’Artois (Co-encadrant)

En savoir plus

Séminaire Hybridation de techniques d’apprentissage de clauses en programmation par contraintes

Soutenance de thèse - Gael Glorian

Cette thèse s’inscrit dans le domaine de la programmation par contraintes (CP), un des paradigmes les plus efficaces pour résoudre de nombreux problèmes (de nature combinatoire) en IA. Nous nous sommes intéressés à l’amélioration des techniques de résolution CSP (problème de satisfaction de contraintes), notamment dans un contexte hybride en utilisant la puissance des moteurs d’inférence SAT (problème de satisfaction booléenne). Nous avons ainsi développé plusieurs techniques concernant l’analyse de conflits afin d’extraire des informations utiles pour la résolution, grâce à une analyse fine suivie d’une forme d’apprentissage. Pour atteindre cet objectif, nous avons dans un premier temps renforcé la portée (puissance) des instanciations partielles incohérentes (nogoods) enregistrées par le système de résolution en proposant plusieurs règles permettant de les combiner. De plus, nous avons intégré un moteur de résolution SAT au sein d’un système CP reposant sur la notion d’explications paresseuses. L’utilisation d’un moteur SAT est motivée par leur grande efficacité à produire et à manipuler des formes simples de nogoods sous forme clausale. Le logiciel NACRE, moteur générique de raisonnement, est le résultat de ce travail ; il a notamment été conçu pour être un solveur hybride, résolvant les problèmes de satisfaction de contraintes à l’aide de méthodes dédiées ou inspirées de SAT. Notre approche générique (c’est-à-dire, valide quelque soit le problème traité) s’est avérée très efficace en pratique (NACRE a gagné 2 médailles d’or aux compétitions XCSP 2018 et 2019). Dans l’objectif d’enrichir l’hybridation SAT/CP, nous avons conduit une étude sur la qualité des clauses produites par le moteur SAT. Celle-ci nous permis de proposer de nouvelles méthodes de réduction de base de clauses, de minimisation ainsi que de nouvelles heuristiques de recherche.

En savoir plus

Séminaire Dynamic epistemic logic for distributed computing - asynchrony and concurrency

Hans van ditmarsch

We will present some recent work on asynchrony and concurrency in dynamic epistemic logics (DEL), building on foundations in distributed computing and temporal epistemic logics.
Asynchrony can be modelled by reasoning over histories of actions of different length. How to do this in DEL was proposed by [Dégremont, Löwe, Witzel: TARK 2011]. By equivalence relations on protocol-generated forests along different depths of trees, they can identify action histories of different length. More or less strongly related to DEL this was also considered for: gossip protocols [Apt, Grossi, vd Hoek, TARK 2015], logic puzzles [vD, van Eijck, Wu: KR 2010], and for the immediate snapshot algorithm in distributed computing [Goubault, Ledent, Rajsbaum: GandALF 2018]. We will present the last in some detail: Kripke models and action models can be represented as simplicial complexes. Dynamic epistemic logic can then be interpreted on such complexes.
From the perspective of dynamic epistemic logic, a further departure towards distributed computing and asynchrony is to distinguish the sending and receiving of messages, such as the making versus hearing of announcements. Recent proposals are [Knight, Maubert, Schwarzentruber; MSCS 2019] and [Balbiani, vD, Fernandez Gonzalez; ArXiV 2019] (SR 2017). From the latter we will present asynchronous announcement logic. Its axiomatization resembles that of public announcement logic, and the dynamic modalities can also be eliminated. Further research is on (what is known as) concurrent common knowledge.
Finally, how do we model concurrency in DEL? Both true concurrency and intersection concurrency are conceivable. We recall some older work in the area: [vD, vd Hoek, Kooi: AAMAS 2003] and [van Eijck, Sietsma, Wang: JANCL 2011]. The Muddy Children Problem is a joy forever: the action of three muddy children not stepping forward because none of them know whether they are muddy, is always modelled as the public announcement of a conjunction with three conjuncts. Should this not be a concurrent action with three components?

En savoir plus

Séminaire Modélisation et logique propositionnelle classique

Soutenance HDR - Yakoub Salhi

Nos travaux de recherche se situent dans le cadre de l’intelligence artificielle. Ils concernent l’utilisation des logiques formelles, ainsi que d’autres formalismes symboliques qui s’y apparentent, pour répondre à différentes problématiques, et cela, autour de deux principaux thèmes : la fouille de données par des approches déclaratives et la représentation des connaissances. Nos travaux s’inscrivent ainsi de manière transversale sur les deux axes du Centre de Recherche en Informatique de Lens (CRIL), à savoir « Algorithmes pour l’inférence et contraintes » et « Représentation des connaissances et raisonnements ». En effet, nos contributions relèvent notamment de la modélisation de différents problèmes de fouille de données en logique propositionnelle classique, du raisonnement en présence de l’incohérence, de la théorie de l’argumentation et du raisonnement qualitatif. Du fait de sa place prépondérante dans l’ensemble de nos travaux, notre présentation est principalement dévolue à l’utilisation de la logique propositionnelle classique comme outil de modélisation. Cette dernière s’articule autour de trois principaux angles de vue. Le premier angle concerne l’emploi du problème de la cohérence en logique propositionnelle. Le deuxième se rapporte aux problèmes d’optimisation dérivés de la logique propositionnelle. Quant au troisième angle, il est lié à l’utilisation de cette logique en présence de l’incohérence.

Rapporteurs :

Bruno Crémilleux Professeur à l’Université de Caen Normandie

Frédéric Saubion Professeur à l’Université d’Angers

Torsten Schaub Professeur à l’Université de Potsdam

Examinateurs :

Salima Benbernou Professeur à l’Université Paris Descartes

Souhila Kaci Professeur à l’Université de Montpellier

Jean-Marc Petit Professeur à l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon

Lakhdar Sais Professeur à l’Université d’Artois

Jean-François Condotta Professeur à l’Université d’Artois

En savoir plus