Projet QDoSSI

pirogue

Ce projet questionne la qualité des données dont les modes d’acquisition sont variés et présentent différentes imperfections. Cette étude s'efforcera de développer des prétraitements, des réparations et des extractions de connaissances afin de mieux les analyser et les valoriser pour la prise de décision. Les données mobilisées traitent des migrations internationales. Nos objectifs scientifiques et technologiques sont de promouvoir des outils innovants et des prototypes logiciels open-sources qui répondent à un double challenge:

(1) Féconder des approches inédites sur la base d’un dialogue Sciences Sociales et Informatique pour une meilleure exploitation et compréhension des gisements de données migratoires et des réfugiés en les partageant avec les décideurs politiques et la société civile ;

(2) placer l’analyste ou le chercheur en sciences humaines et sociales au cœur de l'exploration avec la volonté de co-construire le processus qui le mènera à découvrir des connaissances nouvelles, à valider des hypothèses de travail, et à mieux s’orienter dans la conduite de ses investigations de terrain.

Données mobilisées

Notre champ d’analyse porte sur des données, a priori hétéroclites, collectées par les laboratoires CEPED et MIGRINTER ; il s’agit notamment :

  1. de registres administratifs, médicaux et judiciaires,
  2. de corpus juridiques européens, d’Afrique de l’Ouest et des Balkans, carrefours importants des circulations migratoires vers l’Europe,
  3. des récits de vies, notamment des mineurs en mobilité sur les routes transsahariennes, des demandeurs d’asile le long du corridor des Balkans, des migrants de Calais,
  4. des recensements et enquêtes effectués récemment auprès des mineur(e)s à Mayotte, de migrants qualifiés au Mexique et des personnes déplacées et réfugiées (Syrie et Kurdistan irakien).

Axes de recherche

A partir d’un objet commun, le parcours migratoire, des terrains différents inscrits dans des temporalités variables, l’objectif est de tenter de repérer les points de convergence potentiels des routes migratoires qui proviennent de régions d’origine différentes et s’orientent vers l’Europe. Cette question pourra être interrogée sous plusieurs angles (liste non exhaustive) :

  • Structurations spatiales et temporelles des parcours migratoires/réfugiés
  • Protection des victimes des réseaux de traite des êtres humains, des femmes et des enfants en particulier, dans les lieux  du parcours migratoire
  • Relations entre le droit des migrants et les politiques migratoires dans les pays de transit ou/et d’accueil
  • Implication des réseaux de traite des êtres humains dans la structuration de certains parcours migratoires
  • Enjeux sociaux et politiques de la mobilité des mineur(e)s “non accompagnés”
  • Parcours universitaire et professionnel des élites du Sud
  • Migrants et parcours thérapeutique (santé mentale)

Consortium 

CRIL (Centre de Recherche en Informatique de Lens, CNRS/INS2I, UMR 8188)

CEPED (Centre Population et Développement, CNRS UMR 196, IRD-Université Paris Descartes, Paris)

LIAS (Laboratoire d’Informatique et d’Automatique pour les Systèmes, EA 6315, Poitiers

LIPADE (Laboratoire d’Informatique Paris Descartes, EA 2517, Paris)

MIGRINTER (Migrations Internationales, Espaces et Sociétés, CNRS/INSHS, UMR 7301, Poitiers)

TETIS (Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale - CNRS UMR9000, AgroParisTech, Cirad, Cnrs, Irstea, Montpellier)