• Thèse soutenue le :
  • 2009-12-04
  • Amphi S16

Résumé

Le raisonnement en présence d’incohérence est un problème qui suscite un vif intérêt en vue d’effectuer un raisonnement de sens commun. Parmi les approches dédiées au raisonnement en présence d’incohérence, nous nous sommes focalisés dans cette thèse sur une famille d’approches naturelles, et qui permettent de tirer profit de l’inférence logique classique, à savoir les approches basées sur la restauration de la cohérence. Parmi les approches basées sur la restauration de la cohérence, on peut distinguer celles qui sont dédiées à des bases de croyances qui sont totalement préordonnées ou stratifiées, et celles destinées à des bases de croyances qui ne sont que partiellement préordonnées.

Dans le premier cas, nous nous sommes intéressés aux problèmes liés à la complexité en proposant de nouvelles approches de compilation pour les inférences possibiliste, linéaire et lexicographique.

En ce qui concerne le raisonnement à partir de bases de croyances partiellement préordonnées, qui offrent plus de flexibilité dans de nombreuses situations, notre première contribution consiste en l’introduction d’une extension de l’inférence lexicographique classique qui jouit de propriétés intéressantes. La seconde contribution dans ce même cadre, est l’étude comparative des différentes relations d’inférence à partir de bases de croyances partiellement préordonnées relativement à trois critères très importants, à savoir la complexité, les propriétés logiques et la prudence.

Enfin, la dernière contribution est l’application du raisonnement en présence d’incohérence dans le cadre de la détection d’intrusions coopérative. Plus précisément, nous avons proposé une nouvelle approche de corrélation d’alertes. Cette approche se base sur le raisonnement à partir de bases de croyances partiellement préordonnées exprimées en logiques de description, qui sont bien adaptées à la représentation des informations structurées tout en garantissant la décidabilité du raisonnement.

Composition du jury

  • Pascal Nicolas, Professeur des Universités, Université d’Angers
  • Henri Prade, Directeur de recherche, Université Paul Sabatier
  • Salem Benferhat, Professeur des Universités, Université d’Artois
  • Habiba Drias, Professeur des Universités, USTHB
  • Sylvain Lagrue, Maître de Conférences, Université d’Artois