• Thèse soutenue le :
  • 2015-09-20

Thèse en cotutelle avec l’Université des sciences et de la technologie Houari Boumediene (Alger).

Résumé:

Dans de nombreuses applications réelles, nous sommes souvent confrontés à des problèmes de décision: de choisir des actions et de renoncer à d’autres. Les problèmes de décision deviennent complexes lorsque les connaissances disponibles sont entachées d’incertitude ou lorsque le choix établi présente un risque.L’un des principaux domaines de l’Intelligence Artificielle (IA) consiste à représenter les connaissances, à les modéliser et à raisonner sur celles-ci. Dans cette thèse, nous sommes intéressés à une discipline inhérente à l’IA portant sur les problèmes de décision. La théorie de la décision possibiliste qualitative a élaboré plusieurs critères, selon le comportement de l’agent, permettant de l’aider à faire le bon choix tout en maximisant l’un de ces critères. Dans ce contexte, la théorie des possibilités offre d’une part un cadre simple et naturel pour représenter l’incertitude et d’autre part, elle permet d’exprimer les connaissances d’une manière compacte à base de modèles logiques ou de modèles graphiques. Nous proposons dans cette thèse d’étudier la représentation et la résolution des problèmes de la décision qualitative en utilisant la théorie des possibilités. Des contreparties possibilistes des approches standards ont été proposées et chaque approche a pour objectif d’améliorer le temps de calcul des décisions optimales et d’apporter plus d’expressivité à la forme de représentation du problème. Dans le cadre logique, nous avons proposé une nouvelle méthode, pour résoudre un problème de la décision qualitative modélisé par des bases logiques possibilistes, basée sur la fusion syntaxique possibiliste. Par la suite, dans le cadre graphique, nous avons proposé un nouveau modèle graphique, basé sur les réseaux possibilistes, permettant la représentation des problèmes de décision sous incertitude. En effet, lorsque les connaissances et les préférences de l’agent sont exprimées de façon qualitative, nous avons proposé de les représenter par deux réseaux possibilistes qualitatifs distincts. Nous avons développé un algorithme pour le calcul des décisions optimales optimistes qui utilise la fusion de deux réseaux possibilistes. Nous avons montré aussi comment une approche basée sur les diagrammes d’influence peut être codée d’une manière équivalente dans notre nouveau modèle. Nous avons en particulier proposé un algorithme polynomial qui permet de décomposer le diagramme d’influence en deux réseaux possibilistes. Dans la dernière partie de la thèse, nous avons défini le concept de la négation d’un réseau possibiliste qui pourra servir au calcul des décisions optimales pessimistes.