• Thèse soutenue le :
  • 2005-12-01

Résumé

Les dernières décenniesont vu se développer, grâce aux évolutions techniques de l’informatique, la possibilité de stocker et de traiter de grands volumes d’informations. La nécessité de pouvoir raisonner à partir de ces informations a rapidement posé les limites de ces évolutions techniques. Raisonner à partir de bases de croyances réelles pose en effet deux problèmes majeurs: savoir gérer les incohérences, qui sont inévitables dans de telles bases, et raisonner efficacement à partir de grands volumes d’informations. De multiples travaux se sont intéressés à ces problèmes mais la plupart ne se focalisent que sur l’un ou l’autre. Dans cette thèse, nous nous sommes donc fixés comme objectifs de définir des relations d’inférence paraconsistante (i. E. Permettant de gérer les incohérences ) traitable et préservant de bonnes propriétés logiques. Pour cela, nous avons étudié les travaux existants et exploré deux voies. La première a été d’assurer la traitabilité d’une “bonne” relation d’inférence paraconsistante, celle issue de la logique quasi-classique proposée par Besnard et Hunter en 1995. La seconde a été d’assurer la paraconsistance d’une “bonne” relation d’inférence traitable, la S-3- inférence proposée par Shaerf et Cadoli en 1995. Chacune des voies explorées nous a permis d’atteindre nos objectifs initiaux: assurer la traitabilité et la paraconsistance tout en préservant de bonnes propriétés logiques. La seconde approche a par ailleurs donné lieu à une implantation permettant de tester la relation d’inférence définie.