• Thèse soutenue le :
  • 2014-11-06

Résumé

Cette thèse se situe dans le contexte de la programmation par contraintes (CP). Plus précisément, nous nous sommes intéressés au problème de satisfaction de contraintes pondérées (WCSP). De nombreuses approches ont été proposées pour traiter ce problème d’optimisation. Les méthodes les plus efficaces utilisent des cohérences locales souples sophistiquées comme par exemple la cohérence d’arc directionnelle complète FDAC, la cohérence d’arc directionnelle existentielle EDAC, etc. Établies grâce à des opérations de transferts de coût préservant l’équivalence des réseaux, l’utilisation de ces cohérences permet généralement d’accélérer la résolution en réduisant l’espace de recherche via la suppression de valeurs et le calcul de bornes inférieures utiles en pratique. Cependant, l’utilisation de ces méthodes pose un problème lorsque l’arité des contraintes augmente de manière significative. L’efficacité des techniques du cadre du problème de satisfaction de contraintes (CSP) étant avérée, nous pensons que l’intégration de techniques CSP peut être très utile à la résolution d’instances WCSP. Dans cette thèse, nous proposons tout d’abord un algorithme de filtrage établissant la cohérence d’arc souple généralisée GAC* sur des contraintes tables souples de grande arité. Cette approche combine la technique de réduction tabulaire simple (STR), issue du cadre CSP, et le principe de transfert de coûts. Notre approche qui est polynomiale calcule efficacement pour chaque valeur les coûts minimaux dans les tuples explicites et implicites des contraintes tables souples. Ces coûts minimaux sont ensuite utilisés pour transférer les coûts afin d’établir GAC*. Dans un second temps, nous proposons une approche alternative aux méthodes de résolution habituelles du problème WCSP. Elle consiste à résoudre une instance WCSP en résolvant une séquence d’instances CSP classiques obtenues depuis cette instance WCSP. À partir d’une instance CSP dans laquelle toutes les contraintes de l’instance WCSP d’origine sont durcies au maximum, les instances CSP suivantes correspondent à un relâchement progressif de contraintes de l’instance WCSP déterminées par l’extraction de noyaux insatisfaisables minimaux (MUC) depuis les réseaux insatisfaisables de la séquence. Nos résultats expérimentaux montrent que notre première approche est compétitive avec l’état de l’art, tandis que la deuxième représente une approche alternative aux méthodes de résolution habituelles d’instances WCSP.

Composition du jury

Rapporteurs

  • De Givry Simon, INRA, Toulouse
  • Jegou Philippe, Université d’Aix-Marseille

Examinateurs

  • Deville Yves, Université Catholique de Louvain
  • Lecoutre Christophe, Université d’Artois (directeur de thèse)
  • Roussel Olivier, Université d’Artois (co-encadrant de thèse)
  • Tabary Sébastien, Université d’Artois (co-encadrant de thèse)