• PhD defended on :
  • 2008-07-10
  • Salle des thèses

vendredi 10 juillet 2009 - 10 heures - Salle des thèses

Résumé

Le problème de fusion d’informations survient dès qu’il faut prendre en compte des bases de données distribuées, des systèmes multi-agents ou des informations distribuées en général. La plupart des approches de fusion proposées dans la littérature reposent sur des opérateurs d’agrégation : ceux-ci combinent les degrés de cohérence des différentes interprétations vis-à-vis des sources à fusionner. Or, ces degrès sont fortement dépendants des poids que les sources associent à leurs croyances. Mais lorsque les sources ne partagent pas une signification commune des poids qu’elles utilisent, quel sens cela a-t-il de comparer ou d’agréger ces mêmes poids ?

Ainsi, nous étudions dans cette thèse différentes approches de fusion de croyances en l’absence de commensurabilité des échelles utilisées. Une de nos premières contributions réside dans la proposition d’une première méthode, reposant sur la notion d’échelle compatible, que nous appliquons à des opérateurs basés sur la somme et sur le maximum. Les opérateurs résultants peuvent être caractérisés au moyen d’un ensemble infini d’échelles compatibles, mais également au moyen de relations de type Pareto sur l’ensemble des mondes possibles. Une autre de nos contributions réside dans l’étude plus particulière de certaines familles d’échelles compatibles, afin de caractériser des opérateurs moins prudents et prenant en compte l’intensité des poids. Cette thèse apporte également une analyse complète de la production des inférences et de la rationalité des opérateurs de fusion définis. En particulier, nous proposons la notion de consensus, souhaitable en l’absence de l’hypothèse de commensurabilité et vérifiée par la plupart de nos opérateurs. De plus, nous montrons également l’impossibilité d’une normalisation unique des poids obtenus des sources, de manière à satisfaire en toutes circonstances les postulats d’équité ou de consensus.

Composition du jury

  • Odile Papini, Professeur des Universités, Université de la Méditerranée (rapporteur)
  • Marie-Anne Williams, Research Professor, University of Technology, Sydney, Australia (rapporteur)
  • Salem Benferhat, Professeur des Universités, Université d’Artois (directeur de thèse)
  • Richard Booth, Lecturer, Mahasarakham University, Thailand (examinateur)
  • Sébastien Konieczny, Chargé de Recherche CNRS, CRIL (examinateur)
  • Sylvain Lagrue, Maître de Conférences, Université d’Artois (co-directeur de thèse)
  • Pascal Nicolas, Professeur des Universités, Université d’Angers, (examinateur)